Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 13:23

Article publié sur Tant qu'il y aura de l'argent le 15 Octobre 2014

Fin du monde, crise, épidémie, catastrophe naturelle : l’effondrement est à nos portes et il faut s’y préparer. C’est du moins ce que prétend le survivalisme. Et s’y préparer, cela signifie se méfier des autres, qui constituent des menaces potentielles. Pour une frange importante de ce mouvement, on est plus encore une menace si on est basané ou pauvre. Kit de démontage de ce type de positions, qui bien qu’isolées, infusent dans l’inconscient collectif.

Qu’est ce que le survivalisme ?

Il s’agit d’une idéologie politique qui repose sur un mythe puissant, la catastrophe (mondiale généralisée). On n’a ensuite que l’embarras du choix du genre de catastrophe, selon les goûts de chacun.

On peut classer le tout en deux grands thèmes :

La menace vient de l’espace… Ou en tout cas est d’origine extérieure à la société (pluie de météorites, inversement des pôles magnétiques… on n’est limité que par son imagination)

Tout est pourri de l’intérieur… Comprendre : l‘effondrement germe depuis l’intérieur de la société, comme dans le cas des crises économiques. Mais on peut aussi citer les épidémies que la société n’arrive pas à gérer, voire suscite ( virus mutant, ébola, grippe aviaire …)

Une chose est en revanche commune chez tout ce beau monde : la conviction que les raisons profondes de l’effondrement à venir de «  la civilisation » sont morales.

La société industrielle et L’État sont présentés comme décadents (c’était vachement mieux aaaavant), corrompus, de fait pas à même de résister à une crise ou une catastrophe de grande ampleur.

Les raisons évoquées pour expliquer cette « corruption » sont des vieux classiques réacs : la société, vue comme un corps organique, subirait le parasitisme social/ serait gangrénée par de catégories de la population tels les représentants de la finance. Chez les plus fachos, on accuse directement les juifs. Dans les raisons évoquées, on peut citer aussi pêle-mêle la mondialisation, le féminisme, la fin de l’étalon-or, l’islam, et sûrement aussi le mariage gay, la pilule…

Comme dans la Bible et d’ailleurs parfois en la citant, la Ville ( ouh, Babylone!) est à la fois le symbole et l’origine de cette corruption morale. C’est aussi là où la catastrophe sera la plus dévastatrice et il convient donc de fuir les villes si possible pour se réfugier dans la cambrousse.

Un post-capitalisme des imbéciles, le survivalisme.

Le foyer rêvé des survivalistes : la petite maison dans la prairie du Ve Reich.

Face à cet effondrement, il s’agit pour les survivalistes de recréer une organisation sociale « saine ». Tout d’abord, comme on l’a vu, cela signifie fuir la ville, et les grandes concentrations d’êtres humains, et valoriser le groupe restreint. Il y a une controverse chez les survivalistes, entre les partisans forcenés de l’individu, les partisans du binôme, et ceux qui veulent la jouer un peu plus collectif.

Mais tous sont d’accord pour dire qu’une fois passé les pires moments du début de l’effondrement, où l’homme sera un loup pour l’homme, et le survivaliste un taré avec pleins de flingues, il faudra bien reconstituer des groupes.

Dans la société survivaliste, il y a la tribu, les autres tribus, et enfin les autres tout court. On ne vous cache pas qu’il vaux mieux ne pas être considéré comme un « autre » tout court. Mais ne vous inquiétez pas, c’est pas non plus la joie dans la tribu, surtout si on est une/ pour les femme. Si vous voulez vous faire une idée, pensez à une version « Ve Reich » de la petite maison dans la prairie ( qui est déjà bien gratinée).

Le premier cercle, c’est donc la tribu, composée de la famille, élargie à la limite à des proches. Il s’agit, dans l’imaginaire survivaliste, de revenir à un fonctionnement « plus naturel » et on ne vous cachera pas que « nature » signifie essentiellement un « retour » à un ordre réactionnaire centré sur la famille/ les liens du sang, accompagné dune division du travail entre les genres. Les femmes, assignées au rôle de reproductrices, les hommes à la guerre, et vogue la galère.

Ces conceptions sexistes sont particulièrement dangereuses, car elles sont assez partagées : derrière l’aspect science-fiction, il y a l’idée que la division genrée du travail s’organise autour de questions pratiques ( les femmes serait plus faibles, le fait de porter un enfant ou d’allaiter les empêcherait d’aller à la chasse ou à la guerre. ) Mais ces justifications, c’est du bidon. Les taches dévolues aux femmes dans nombre de sociétés de chasseurs-cueilleurs, par exemple, sont aussi physiques, sinon plus que celles réservées aux hommes. Ce qui est clair, en revanche, c’est qu’instituer un monopole masculin sur les armes permet de soutenir la domination masculine.

Voir à ce sujet une brochure qui résume le livre intéressant de C. Darmengeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était. http://cdarmangeat.free.fr/?p=d

Et nul besoin d’aller chercher plus loin pour comprendre que c’est exactement ce principe que défendent les survivalistes : défendre, s’il le faut les armes à la main, la domination des hommes sur les femmes.

Extrait du premier tome de la série BD "Walking Dead".

Extrait du premier tome de la série BD "Walking Dead".

Le groupe s’efforcera aussi d’arriver à l’autarcie, au moins à l’autonomie alimentaire. Pour les échanges qui subsistent, les survivalistes préconisent soit le troc, soit le retour à une monnaie  basée sur  l’or, ou un autre équivalent général. ( Pour y voir plus clair sur ces subtilités monétaires, on vous conseille la BD qu’on à fait la dessus.)

Une conception paranoïaque des rapports sociaux.

Enfin, comme on l’écrivait plus haut, il ne fait pas bon être un étranger, dans un monde où les survivalistes sont les boss de la cour de récré. En fait, pour comprendre un peu l’univers survivaliste, le mieux est de penser à un film de zombie. Vous voyez ces pauvres loques qui vous foncent dessus pour essayer des vous bouffer et qu’il est clairement impossible de raisonner ? Eh bien, pour les survivalistes, tout ceux qui ne sont pas leur proches doivent être considérés comme des zombies. Des gens avec qui on ne peut pas négocier. C’est que l’ennemi n’est pas un interlocuteur potentiel. Ni négociations, ni prisonniers, juste une lutte à mort.

Ceci dit, il ne s’agit pas que des étrangers : l’ennemi est aussi interne. Au sein de la communauté peut surgir à tout moment des menaces à son fonctionnement qu’il s’agit de guetter et d’éliminer en mode les sorcières de Salem, là aussi pour garantir l’unité, la pérennité du groupe menacé par la corruption.

Où se diffuse le survivalisme ?

Au départ, il s’agit surtout d’un phénomène états-unien, issu de la guerre froide et alimenté par une série d’écrits marqués à l’extrême droite, voire néonazi. L’un des premiers ouvrages à connaître une certaine audience est  « Famine et survie en Amérique » (1974) de Howard Ruff centré sur la nécessité de se procurer de l’or en cas de crise ( ce qui au passage devait sûrement faire les affaires de Ruff, vu qu’il spéculait dessus) . Sorti un peu plus tard, on peut aussi citer  » La Stratégie Alpha » (1980) de J. Pugsley, mais on pourrait énumérer toute une littérature théorique diffusée sous formes de brochures et de fanzines qui s’articulent autour des mêmes thèmes : dénoncer la corruption morale de la société, affirmer l’imminence de l’effondrement et appeler à s’y préparer concrètement.

De plus, l’un des traits caractéristique du survivalisme et qui participe du succès de sa diffusion, c’est le support fiction. Quasiment dès l’origine de ce courant on trouve des romans d’anticipation qui explorent les thèmes survivalistes, diffusent les bases de l’idéologie sous une forme plus ludique et accessible.

Ce succès littéraire gagne rapidement l‘industrie culturelle américaine qui récupère ce thème dès les années 1970. Films et séries exploitent le survivalisme avec plus ou moins de bonheur. Comme en témoigne l’essor des films de zombie (700 depuis 1985), les films de pandémie et plus généralement la prégnance du thème de l’effondrement dans la production de films de ces 30 dernières années. Les séries participent aussi ces dernières années de la mode, avec the Walking Dead, Revolution, Falling Skies, Sibéria, Dead set, Survivor. Sans parler des jeux vidéos catastrophistes dont la série des Fallout est la figure de proue.

Ces fictions ne sont évidemment pas sérieuses, et une partie développent même des positions opposées au survivalisme. Elles participent cependant à façonner un imaginaire catastrophiste, reprenant aussi les mythes fondateurs des États-Unis, formant « un air du temps »… A tel point que la chaîne de télévision National Geographic diffuse un programme de téléréalité dédié au phénomène, intitulé « Doomsday preppers« .

Sur un mode plus sérieux, on trouve sur internet, forum, sites, toute une survivalosphère souvent en lien avec les délires complotistes s’est développée, aux EU mais aussi en Europe. On voit même le développement d’un secteur marchand de « prepping » qui permet de faire des stocks (alimentations, électricité, armes) pour se préparer à l’effondrement.

Un post-capitalisme des imbéciles, le survivalisme.

Qui sont les survivalistes ?

Les preppers sont un vrai phénomène social : plus de  3 millions de personnes stockent des rations de survie et armes en vue de l’ effondrement.  ( Oui, ils se font appeler preppers, parce que « survivaliste » ça fait trop « psychopathe qui vit dans les bois »… )

En France, le phénomène est loin du niveau d’outre atlantique, bien que les ventes de nourriture lyophilisée augmentent. Bien sûr, c’est surtout l’extrême droite qui s’y intéresse. En France, par exemple, Alain Soral à créé sa ligne de matériel survivaliste et vend des manuels de survie.

De quoi le survivalisme est il l’expression ?

Nous l’avons vu, le discours survivaliste connaît une large diffusion. S’il en est ainsi, ce n’est pas du fait des scénaristes de Hollywood, malgré tout leur talent. C’est qu’il est un produit typique du capitalisme contemporain. Il s’appuie sur l’atomisation individuelle, la nostalgie des rapports sociaux traditionnels bouleversé par le capital. Et si le survivalisme en tant que tel est clairement d’extrême droite, certains traits qui le composent peuvent se retrouver bien au delà (la nécessité de se préparer à la catastrophe, de constituer des groupes restreints, de fuir la ville pour constituer des bases autonomes…)

Le point commun à ces différentes positions:  l’absence de perspective de classe.

Cela s’explique en partie par les bouleversements sociaux majeurs qu’a connu la société capitaliste depuis les années 70, appelé par certains marxistes la « restructuration ». (voir notre notion) Cette restructuration a non seulement précarisé les prolétaires, fait exploser le chômage et baisser les salaires, mais aussi provoqué l’effondrement du mouvement ouvrier traditionnel. C’est à dire des partis et syndicats de masse encadrant les prolétaires.

Ainsi, l’une des conséquences de cette contre-révolution capitaliste, c’est d’avoir renforcé l’atomisation de la société, et sapé les solidarité de classe que portait le mouvement ouvrier traditionnel. Cela a encore donné plus de crédit aux idées dominantes (c’est à dire celle de la bourgeoisie) selon lesquelles il existeraient une nature humaine qui nous forcerait à nous comporter les uns envers les autres comme des bâtards. Le problème, c’est que même en suivant l’hypothèse de base des survivalistes ( la catastrophe) ça ne se passe pas forcément comme ça.

La bêtise du fantasme survivaliste confrontée à la réalité des phénomènes catastrophiques.

Les tremblements de terre qui ont ravagés Haiti ou le Chili, l’ouragan Katrina à la Nouvelle Orléans : les exemples de catastrophes naturelles ne manquent pas ces dernières années. Loin d’être le théâtre d’une guerre opposant les survivants les uns aux autres tels des bêtes sauvages, ces situations ont vu nombre de survivants déployer des trésors de solidarité collective et d’entraide.

Cet article étant déjà assez long, concluons simplement sur un exemple : après l’ouragan, à la Nouvelle Orléans, les habitants se sont organisés ensemble. Ils ont mis en commun leurs moyens, protégés les malades et les personnes âgées. Les ouvriers des raffineries sont rentrés dans les entrepôts des bateaux, pour les prendre et sauver leurs voisins agrippés aux toits dans les eaux de l’inondation ; les mécaniciens ont aidés à démarrer toutes les voitures trouvables pour qu’elles acheminent des gens en dehors de la ville ; les ouvriers de restauration ont récupérés tout ce qu’ils pouvaient pour improviser des repas communaux pour des centaines des personnes abandonnées.

Et ils ont du faire tout cela sans aide et même de facto contre les policiers, puis les mercenaires de black water déployés sur place, qui ont protégés les propriétés privées au détriment des besoins de la population.

C’est que la ligne de conflit, n’en déplaise au survivalistes, n’était pas « tous contre tous ». Elle était entre l’organisation collective, de classe, de la solidarité et la gestion capitaliste de la pénurie. Une gestion capitaliste qui aggrave encore le désastre, et ne voit dans la catastrophe qu’une nouvelle occasion de se faire du fric ( en virant les prolétaires noirs de la Nouvelle Orléans, par exemple).

Il en est de même dans la crise.

 

Source: http://www.tantquil.net/2014/10/15/le-survivalisme-le-post-capitalisme-des-imbeciles/

Partager cet article

Repost 0
Published by AL Montpellier - dans Notion
commenter cet article

commentaires

Socialisme libertaire 27/08/2015 14:02

Article partagé et diffusé sur "Socialisme libertaire" :

http://www.socialisme-libertaire.fr/2015/08/un-post-capitalisme-des-imbeciles-le-survivalisme.html

Salutations libertaires ★

bourgoin 14/03/2015 15:20

SOMMES NOUS CONDAMNES A ASSISTER AU SPECTACLE DE L’EFFONDREMENT ?
C’est désormais une certitude officielle : nous n’échapperons pas au réchauffement climatique et à la raréfaction des ressources. La religion de la croissance infinie nous a conduits au marasme, et nous commençons à en subir les conséquences.
La débâcle écologique n’est pas une perspective lointaine : elle est là. Nous entrons dans l’air de la catastrophe. Les vagues de chaleur, de pluie, les tempêtes , les tensions sur l’alimentation, sur l’eau , sur l’énergie, nous les subissons maintenant.
Sommes- nous condamnés à rester passifs devant notre effondrement ? comment nous ressaisir face à ce désastre annoncé alors que nous semblons incapables de bâtir une alternative politique autre que minoritaire et marginale ?Que faire devant un péril inextricable, que nous sommes impuissant à éviter ? Comment rester humain, debout, pour affronter dignement la tourmente.
Chacun de nous est poussé a s’interroger sur la part d’avenir que recèle cette terre, pour nous même mais surtout pour la génération qui arrive.
Après la catastrophe de Fukushima et les nombreuse menaces qui planent au quotidien , l’espoir est devenu une nécessité ( étant entendu que l’ espoir est également un synonyme possible de déni).
Je pourrai même envisager de croire que nous sommes condamnés à l’espoir, c’est-à-dire à ne pas pouvoir se permettre de regarder la vérité en face.
Quand je regarde tous ces événement anxiogène je ressent de l’abattement et de l’impuissance a changer les choses . Nous sommes dans une crise anthropologique.
1
POINT DE VUE de « CLIVE HAMILTON » essayiste australien et professeur en éthique publique
La nécessité de garder espoir semble admise comme un postulat indiscutable. Les organisations environnementales s’évertuent à diffuser des campagnes de communication optimistes, croyants que des messages négatifs propageraient la résignation et l’apathie ;
Pourtant n’y a- t-il pas un stade ou, face à l’accumulation des données, l’espoir deviens mensonger ? A moins que les prévisions des climatologues ne soient gravement erronées, affirmer aujourd’hui qu’il est encore temps d’éviter des perturbations climatiques sévères est manifestement trompeur. En le faisant croire, les groupes environnementaux entretiennent de faux espoirs, ce qui est cruel.
Est-ce qu’accepter le fait qu’il soit trop tard pour empêcher un réchauffement de trois ou quatre degrés, avec toutes les conséquences qui s’ensuivent, détruit tout espoir et conduit à l’apathie ?Pour certaines personnes ce sera sans doute le cas . Comme Renée Lertzman ( chercheuse qui étudie la dimension psychologique des enjeux climatiques)l’a montré, l’apathie peut être un moyen de nous protéger. Bien qu’elle soit généralement comprise comme l’absence de sentiments à même de servir de fonction psychologique utile.
L'inaction ne signifie pas l'absence d'inquiétude, mais peut relever d'une stratégie visant a se prémunir de l'angoisse et de la détresse qui découlent d'une trop grande préoccupation : «  si je ne me soucis pas ,je ne vais pas me sentir mal. »
Dans de nombreux pays, le besoin d'optimisme est une puissante norme émotionnelle. Kari Norgaard cite un professeur en Norvège,qui a estimé qu'il était préférable de ne pas évoquer ses propres doutes et sentiments d'impuissance devant le réchauffement climatique afin de laisser à ses étudiants un semblant d'espoir. L'optimisme comme norme prégnante aux états-unis, ou règne la culture du développement personnel.
2
Bien que nous estimions généralement qu'être déterminé à faire face à la réalité est un signe de bonne santé mentale, de solides arguments établissent qu'un esprit humain normal interprète les événements de manière à se les représenter en «  fictions bénignes » pour soi même , le monde et l'avenir.
La psychologue Shelley Taylor soutient que «  la capacité intellectuelle à interpréter à son avantage une tragédie et à éviter d'être submergé par l'angoisse et la douleur existentielle est un remarquable accomplissement ».
L' »optimisme irréaliste »est une inclination à prédire ce que nous préférerions voir advenir plutôt que ce qui risque objectivement d'arriver. Pourtant il est essentiel de faire la distinction entre les illusions qui s'adaptent et répondent à la réalité telle qu'elle s'impose a nous, et les hallucinations qui persistent malgré l'évidence du monde extérieur.
Dans Requiem pour l'espèce humaine, j'affirme que face aux preuves si accablantes qu'un changement climatique de grande ampleur est devenu inévitable, l'illusion saine s'est muée en hallucination malsaine. Maintenir l'optimisme malgré les faits, notamment en entretenant une foi infondée dans le pouvoir des consommateurs ou dans le salut technologique, cela risque de transformer l'espoir en fantasme.
Combien de temps faudra-t-il pour que les gens bien intentionnés, qui ont accepté le message du consumérisme vert-(ce message qui nous dit que nous pouvons tous avoir un impact en changeant nos comportements)-, commencent à se dire « j'ai fait ma part depuis des années, mais les données sur le réchauffement climatique ne cessent de s'aggraver » ? Peut -être est-ce juste trop difficile. Peut-être que notre évolution en est restée à un stade ou nous ne sommes capables que de répondre à des menaces immédiates et visibles pour notre propre sécurité, et que nous ne sommes tout simplement pas outillés pour répondre aux menaces qui se situent assez loin dans l'avenir et qui ne sont visibles que parce que les scientifiques nous disent qu'elles arrivent.
Correspondant expérimenté puis chef de service à la BBC, Mark Brayne se demandait ce qu'il faudrait pour que les médias d'information et les 3
décideurs politiques prennent au sérieux le changement climatique, «  comme une menace actuelle et existentielle pour la survie de notre espèce » ; Sa réponse « pour parler franchement, je regrette d'en avoir conclu que cela ne se produira qu'au moment ou un très grands nombre de personnes des pays riche commenceront à mourir. C'est- a -dire quand les victimes se chiffreront en centaines de milliers ou en millions, et qu'elles seront très clairement dues au changement climatique  ». le problème étant bien sûr qu'une fois que ces « Pearl Harbors climatiques » se seront produits, il sera trop tard pour faire quoi que se soit..
Nous sommes souvent préoccupés par des craintes viscérales qui sont grossièrement exagérées et devons utiliser nos facultés cognitives pour nous convaincre qu'il s'agit là d'anxiété excessive. C'est la base de la thérapie cognitivo-comportementale. Dans le cas du changement climatique cette thérapie se fait dans l'autre sens ; nous devons nous persuader d'avoir peur en utilisant des informations abstraites. Pour l'heure, il semble plus facile de mobiliser les gens en invoquant la crainte d'une augmentation des prix du pétrole qui serait provoquée par des politiques visant a réduire les émissions de gaz a effet de serre (même s'il a été prouvé que le préjudice économique serait mineur) que de persuader les gens à craindre les effets du dérèglement climatique(pour lequel il a été prouvé que le préjudice serait immense ).Nous devons utiliser nos facultés cognitives pour prendre au sérieux les preuves du changement climatique et réaliser que nous avons de quoi avoir peur .
Une fois que nous traversons la rivière des vœux pieux qui sépare la rive du déni de la rive de l'acceptation, je pense que nous pouvons adopter deux position,que Nietzsche a appelé le pessimisme de la force et le pessimisme de la faiblesse.
Le pessimisme de la force conduit à affronter les faits tels qu'ils se présentent, à accepter pleinement le danger, et a entreprendre une analyse calme de ce qui est.
Le pessimisme de la faiblesse caractérise ceux qui s'enfoncent dans le découragement, qui adoptent une posture de soumission et capitulent 4
devant la situation, la conscience lasse, s'en remettant au destin inéluctable.
Nous pouvons supposer qu'une fois que nous aurons pris pleinement conscience des données de la climatologie et que les vœux pieux seront devenus intenable, les gens se diviseront dans ces deux catégories : les pessimiste de la faiblesse et ceux de la force. Au lieu de propager le mensonge de l'espoir, notre tâche consiste désormais à développer des stratégies politiques fondés sur le pessimisme de la force.


crise Anthropologique
1- Phase du déni…..
2- Phase de La colère .
3- Phase du marchandage.
4- Phase de dépression .
5- Phase d’acceptation.
MAL DE TERRE
« aille mes couilles le temps se brouille »
« aille mes couilles le temps se brouille »

Novembre 2O14. 5

gogole 07/02/2015 13:55

oN Aura DROIT un jour à un badge similaire à celui de Gattaz mais avec écrit dessus un truc comme : "1 million de branlettes", hein?

Nous contacter

montpellier@
alternativelibertaire.org

Qui sommes nous ?

Blog du Collectif Alternative libertaire (CAL) de Montpellier

AL34

 Nous sommes des militants et militantes anarchistes révolutionnaires et

communistes libertaires vivant et travaillant sur Montpellier et son département.


Fondée en 1991, AL fonctionne sur un mode fédéraliste et autogestionnaire. L’organisation

est constituée d’une fédération de groupes locaux,


Retour à la page d'accueil

Agenda militant

Nous y serons

MANIFESTATION INTER-REGIONALE ANTIFASCISTE

MONTPELLIER    => DIMANCHE 6 AVRIL

RENDEZ VOUS A 13H A PLAN CABANES

(TRAM 3, ARRET PLAN CABANES)

Articles Par Catégories