Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 14:48

Voici l'analyse d'un camarade sur la stratégie du FN...

 

marine-le-pen.jpgMarine Le pen monte monte, dans les sondages. Elle fera vraisemblablement un score autour de 20% au premier tour de la présidentielles, voir plus. Pourtant, la probabilité pour le FN de gagner les élections présidentielles est quasi nulle.

Comme le PCF en son temps, le FN est d'ailleurs assez conscient de cet état de fait : même en cas de présence au second tour, il sera confronté (comme il l' a été par le passé) au front uni contre lui.

La carte que joue ce parti aux présidentielles, c'est donc de s'en servir de tribune.

Car ne nous y trompons pas, le FN joue un jeu en deux temps, les présidentielles sont un tremplin médiatique énorme pour ce parti, mais l'enjeu pour lui, ce sont les élections locales.

 

Un parti qui doit renforcer son appareil

Les dernières élections Cantonales l'ont bien montrés : si aujourd'hui, le FN a la capacité de rassembler un nombre considérable de suffrages, il ne dispose pas (encore?) de l'appareil militant pour en tirer réellement profit : ainsi pour les cantonales, de nombreux candidats estampillés « FN » n'ont pas fait de campagne réelle, a part sur internet.

Développer son appareil est donc vital pour ce parti. Dans cette logique, les élections municipales sont a n'en point douter la perspective N°1 chez les frontistes. Avoir des élus locaux, s'insérer dans la vie de quartiers, voire administrer ou ( c'est beaucoup  plus probable) co-administrer des communes, voilà qui donnerait au FN l'assise locale qui lui manque, désormais qu'il dispose  d'une couverture nationale a la mesure de ses ambitions.

 

La question qui reste donc  a résoudre pour le FN, c'est celle des alliances. Sans elles, sans la fin du « cordon sanitaire », le FN est condamné a la figuration.  Un score même élevé aux élections présidentielles, ne la lui épargnera pas : la période qui suit 2002, par exemple, alors même qu'on avait pu voir J.M Lepen au second tour des présidentielles, n'a pas été la période la plus faste de ce parti, et s'est achevée par la (relative) déroute de 2007. 

 

Avec qui s'allier ?

Les déclarations tonitruantes des leaders de la droite ne trompent personne : si aujourd'hui, ils dénoncent haut et fort les alliances avec le FN, ils ne l'ont pas toujours fait[1], et rien n'indique qu'ils ne retournent pas leurs vestes une fois de plus.

D'autant que  la déroute annoncée de l'UMP risque fort de faire éclater ce parti, entre centristes et droite dure. Or soyons lucides : le véritable obstacle a l'alliance entre les héritiers du RPR, ou ceux de Démocratie Libérale[2], et le FN, c'est bien la question de l'alliance au centre.

Un centre qui , en cas de victoire PS, lorgnerait surement vers un compromis a gauche, porté a la fois par le Modem de F.Bayrou, et les engagements pris par F.Hollande d’administrer une politique de rigueur.

Les prochaines élections municipales de 2014 pourraient donc très bien voir se monter des listes de coalitions ex-UMP-FN...

Dans un contexte de crise,voilà fait froid dans le dos, un vrai scénario a l'italienne. Surtout que lorsque le FN est a la mairie, les petits groupes fascistes paradent dans les rues, organisent des milices citoyennes, etc etc.

Pas besoin d'aller plus loin pour comprendre le calcul du Bloc Identitaire qui soutient M.Lepen...



[1]    Le 11 septembre 1983, lors d'élections municipales partielles à Dreux, la liste du RPR Jean Hieaux alliée à celle du leader du FN Jean-Pierre Stirbois l'emporte.  Jacques Chirac, président du RPR, déclare a ce sujet, le 18 septembre suivant : « Je n'aurais pas du tout été gêné de voter pour la liste RPR-FN au second tour. Cela n'a aucune espèce d'importance d'avoir quatre pèlerins du FN à Dreux comparé aux quatre ministres communistes au conseil des ministres ».  Pour Jean-Claude Gaudin, « les Drouais ne doivent pas se tromper de combat : il faut battre l'adversaire socialo-communiste. 

 

[2]    DL qui s'est d'ailleurs déjà très bien accommodée d'une alliance ave le FN : en 1998 a direction de DL soutient l'élection de présidents de régions UDF avec les voix du FN (Jean-Pierre Soisson en Bourgogne, Jacques Blanc en Languedoc-Roussillon, Charles Baur en Picardie et Charles Millon en Rhône-Alpes)

Partager cet article

Repost 0
Published by AL Montpellier
commenter cet article

commentaires

Nous contacter

montpellier@
alternativelibertaire.org

Qui sommes nous ?

Blog du Collectif Alternative libertaire (CAL) de Montpellier

AL34

 Nous sommes des militants et militantes anarchistes révolutionnaires et

communistes libertaires vivant et travaillant sur Montpellier et son département.


Fondée en 1991, AL fonctionne sur un mode fédéraliste et autogestionnaire. L’organisation

est constituée d’une fédération de groupes locaux,


Retour à la page d'accueil

Agenda militant

Nous y serons

MANIFESTATION INTER-REGIONALE ANTIFASCISTE

MONTPELLIER    => DIMANCHE 6 AVRIL

RENDEZ VOUS A 13H A PLAN CABANES

(TRAM 3, ARRET PLAN CABANES)

Articles Par Catégories