Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 09:46

49158231_chypre_les_banques_toujours_fermees_incertitud.jpgVoici une analyse de la crise chypriote qui fait trembler l'euro sur ses bases...


On ne pouvait pas ne pas revenir sur ce qui s’est passé à Chypre ces dernières semaines. Les banques ont fermé presque 15 jours. De nouveaux types de taxes et impôts ont été créés. Et les Chypriotes se sont aperçus que l’argent qu’ils avaient déposé à leur banque ne leur appartenait pas. Mais alors qu’est-ce qui s’est passé pour que Chypre en soit arrivée là aussi vite ?

Pour rappel, Chypre est un petit pays d’à peine plus d’un million d’habitants. Il s’est développé ces dernières années en se transformant en paradis fiscal ce qui a fait exploser la taille de ses banques principalement grâce à des investissements russes et grecs. Résultat, le secteur bancaire à sept fois plus[1] de thunes que l’ensemble de ce que le pays peut produire en un an (son PIB).

L’un des boulots de tout paradis fiscal est de blanchir de l’argent sale… Pour ça, rien de mieux qu’un petit prêt fait avec des montages financiers bien tortueux pour ne plus retrouver d’où viens les thunes. Du coup, les banques chypriotes ont fait des crédits à tour de bras et notamment à son voisin direct : la Grèce. Ce qui a également favorisé la création d’une bulle spéculative immobilière à l’instar de l’Espagne. En quelques années, de nouveaux logements sans aucune possibilité d’être achetés un jour ont poussé un peu partout[2]. 

       

 

Avec la crise, on a alors dit aux banques chypriotes que les Grecs ne rembourseraient (en partie) pas leurs prêts et qu’elles devaient accepter le fait d’avoir perdu de l’argent. Du coup les plans d’aide publics se sont succédés pour renflouer leurs pertes et la dette du pays a explosé (passant de 48% du PIB en 2008 à presque 90% aujourd’hui). Le hic, c’est que ça n’a pas suffit pour remettre à flots. Du coup l’ensemble du pays est arrivée à la crise actuelle. Bon, il faut tout de même relativiser, les sommes en jeux reste petites puisque le PIB de l’île tourne autour de 18 milliards (plus de 100 fois moins que la France), mais le dernier plan de sauvetage est tout de même de 17 milliards. Vu l’importance de la somme pour ce petit pays cela démontre à quel point Chypre est proche de la faillite.

D’ailleurs, c’est en cela que consiste le plan de la Troïka (rassemblant FMI, la commission européenne et la Banque Centrale Europénne) : en échange d’un prêt de 10 milliards, la seconde banque du pays est mise en faillite (Laiki Bank), la première est restructurée (Bank of Cyprus). Et ceux qui y avaient un compte supérieur à 100 000€ ne récupéreront pas toutes leurs thunes (lorsque les médias ont parlé de taxe à 60% sur les dépôts, cela correspondait en fait à la non garantie des comptes de ces deux banques). De son côté Chypre doit se démerder pour trouver les 7 milliards qui manquent. Du coup, l’idée a été de taxer la seule source de revenus de l’île : les dépôts bancaires. Dès que ça a été annoncé l’ensemble des investisseurs étrangers, et notamment russes (qui possède entre 20 et 30 milliards sur des comptes à Chypre), ont voulu retirer leurs thunes. La panique bancaire s’est faite rapidement sentir et ils ont du fermer les banques pour éviter la fuite de capitaux et la faillite totale de toutes les banques de l’île. À la réouverture les conditions de transfert d’argent sont drastiques : pas plus de 300€ de retrait par jour et de paiement à l’étranger supérieur à 5000€ par mois. Les Chypriotes s’aperçoivent que l’argent déposé sur leurs comptes ne leur appartient pas, mais qu’il est aux banques, de leur côté les oligarques russes sont passés par des filiales russes et britanniques des banques chypriotes pour exfiltrer leurs thunes hors de l’île[3]. On a encore peu de détail (paradis fiscal oblige), mais les riches semblent s’en être bien sortis, comme toujours, et devront finalement payer un impôt qui ne devrait pas dépasser les intérêts qu’ils vont toucher (A l’exception des clients de Laiki et de Bank of Cypris qui pourrait perdre plus d’un tiers de leur Capital, soit 4 à 5 ans d’intérêts).

Mais cette crise pose d’autres questions vis-à-vis de la situation des banques en Europe. Chypre n’est que le premier pays d’une longue série dont les banques possèdent pas mal de thunes étrangères et qui sont clairement dans la merde. Les riches voulant placer plus de 100 000€ dans d’autres pays vont maintenant y réfléchir à deux fois et un « bank run » (panique bancaire) pourrait suivre au premier problème rencontré par une ou plusieurs banques grecques, italiennes ou espagnoles dont la faillite serait autrement plus importante. Prochain rendez-vous sur la question : la Slovénie dont les banques sont en passe de mettre la clé sous la porte.

Repris sur Tantquil.net

Partager cet article

Repost 0
Published by AL Montpellier
commenter cet article

commentaires

Nous contacter

montpellier@
alternativelibertaire.org

Qui sommes nous ?

Blog du Collectif Alternative libertaire (CAL) de Montpellier

AL34

 Nous sommes des militants et militantes anarchistes révolutionnaires et

communistes libertaires vivant et travaillant sur Montpellier et son département.


Fondée en 1991, AL fonctionne sur un mode fédéraliste et autogestionnaire. L’organisation

est constituée d’une fédération de groupes locaux,


Retour à la page d'accueil

Agenda militant

Nous y serons

MANIFESTATION INTER-REGIONALE ANTIFASCISTE

MONTPELLIER    => DIMANCHE 6 AVRIL

RENDEZ VOUS A 13H A PLAN CABANES

(TRAM 3, ARRET PLAN CABANES)

Articles Par Catégories